Musée de la Mine Cockerill Esch/Alzette

Thèmes

Environnement de vie, Environnement de travail
Réserve naturelle

Heures d'ouverture

  1. Lu 08.00 - 12.00 13.00 - 17.00
  2. Ma 08.00 - 12.00 13.00 - 17.00
  3. Me 08.00 - 12.00 13.00 - 17.00
  4. Je 08.00 - 12.00 13.00 - 17.00
  5. Ve 08.00 - 12.00 13.00 - 17.00
  6. Sa 08.00 - 12.00
  7. Di 08.00 - 12.00

Adresse

Rue Jean-Pierre Bausch, 4114 Esch/Alzette, Luxembourg

Contactez-nous

Administration de la Nature et des Forêts
Centre d’Accueil Ellergronn

Rue Jean-Pierre Bausch
L-4114 Esch-sur-Alzette
(+352)  26 54 42 1

Lundi au vendredi 08h00 à 17h00

Collections du musée

 

Exposition d’outils, photos, engins, matériel de roulage.
​Une forge en activité peut être visitée les week-ends.

Services

  1. Accès handicapés
  2. Visite guidée
  3. Cafétéria
  4. Boutique
mmc-logo-image
Cockerill ORT SUD iNET 72dpi-31
Cockerill ORT SUD iNET 72dpi-37
Cockerill ORT SUD iNET 72dpi-15

 

 

 

 

 

l'histoire de la mine Cockerill

 

 

L’ère industrielle

 

          L’histoire de la mine Katzenberg commence le 8 août 1881, lorsque les frères Charles et Jules COLLART, patrons sidérurgiques de Steinfort et Rodange, se voient attribuer la concession Schlossbusch pour une durée de 50 ans contre une redevance annuelle de 18 750 francs.

 

Cependant, la première entrée de galerie de cette concession ne se trouve pas au Katzenberg, mais au lieu-dit « Eisekaul ». Ce n’est que quelques années plus tard, en 1887, que les frères COLLART transfèrent l’exploitation minière au pied du Katzenberg, et ce après avoir acheté d’autres terrains de minerai au Ellergrund et après s’être vu accorder en 1892 une concession supplémentaire au Ellergrund.

 

La construction des bâtiments de la partie inférieure du terrain de la mine Katzenberg commence en 1887 sous la direction de l’ingénieur des mines André KOCH. Au cours des années suivantes, les frères COLLART transfèrent leur site minier du lieu-dit « Eisekaul » au Ellergrund.

 

L’exploitation poursuit son développement et s’agrandit au cours des années suivantes, et ce notamment grâce à l’acquisition de la concession Katzenberg en 1898. C’est cette concession qui donne son nom à la mine après que toutes les concessions acquises antérieurement (Schlossbusch, Ellergrund, Heintzenberg et Katzenberg) avaient été reliées entre elles. En 1898, la production totale de la mine Katzenberg s’élève à 72 000 tonnes de minerai.

 

L’année 1900 marque le début de la modernisation de l’usine sidérurgique de Steinfort et de l’exploitation minière Katzenberg. Sur la partie supérieure de la mine, on construit un grand atelier de réparations (l’actuel centre d’accueil) ainsi qu’une centrale électrique (l’actuelle halle C) et une unité de deux logements. L’acquisition de deux locomotives électriques de type LAHMEYER permet de recourir à l’électricité pour les transports dans les galeries. De même, l’installation de pompes d’épuisement permet de résoudre le problème des eaux souterraines et d’extraire des minerais de couches plus profondes.

 

La production de minerai augmente d’année en année. Si, en 1898, elle s’élevait à 72 000 tonnes, elle atteint 100 000 tonnes en 1900. En 1903, elle est de 148 000 tonnes avant d’atteindre, avec 177 000 tonnes, un sommet provisoire en 1907.

 

En 1910, Charles COLLART décède. Sa disparition provoque un changement de structure de l’entreprise Charles et Jules COLLART, la société en commandite simple Charles & Jules COLLART SECS devenant la société en commandite par actions (Sca) Jules COLLART.

 

En 1913, la société Jules COLLART devient la société Hauts-Fourneaux et Aciéries de Steinfort, dont l’actionnaire principal est la société allemande Felten & Guilleaume Carlswerk, dont le siège social se trouve à Mülheim, Cologne. La même année voit le lancement d’un important programme d’investissements dans l’usine sidérurgique de Steinfort. De plus, cette période voit l’acquisition de deux nouvelles concessions de minerai (Eichels 51,95 ha et de 8 ha). En 1913, la production de la mine Katzenberg atteint 216 000 tonnes.

 

En 1919, au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’usine sidérurgique de Steinfort et la mine Katzenberg sont vendues à une société française, la Société des Mines de la Loire.

En 1921, l’usine sidérurgique de Steinfort et la mine Katzenberg sont reprises par la société belge Athus-Grivegnée. Cette dernière avait créé auparavant une entente avec la Société des Mines de la Loire.

En 1928, la société Athus-Grivegnée fusionne avec les Aciéries d’Angleur, la nouvelle société s’appelant S.A. Angleur-Athus.

 

Au moment de l’éclatement de la crise économique mondiale de 1929, la production de la mine Katzenberg s’élève à 422 000 tonnes, les effets de la crise entraînant la fermeture définitive de l’usine sidérurgique de Steinfort le 31 mai 1931.

 

Durant la Seconde Guerre mondiale, la mine Katzenberg est dans un premier temps placée sous séquestre par l’occupant allemand avant d’être incorporée à partir du 1er avril 1943 dans la « Gewerkschaft Lützelburg ». L’intégralité de la production de minerai est exportée vers le Reich en vue de la fabrication d’équipements militaires.

 

En 1946, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la S.A. Angleur-Athus fusionne avec la S.A. John COCKERILL. À la fin des années 1950, l’exploitation minière est en grande partie mécanisée, l’acquisition de racloirs et de machines de chargement facilitant l’extraction. Entre les couches brune et noire, un concasseur de minerai est installé. Remonté à la surface à l’aide d’une bande transporteuse, le minerai est stocké provisoirement dans des silos avant d’être chargé dans les wagonnets.

 

Le 31 décembre 1967 marque la fin de la mine Katzenberg. Après plus de 85 ans, la mine cesse ses activités. Les réserves de minerai restantes des couches soumises à concession (21 millions de tonnes) sont réparties entre les sociétés ARBED, HADIR et MMR ; ces dernières reprennent également une grande partie du personnel de la mine Katzenberg.

 

 

L’ère postindustrielle

 

Après la fermeture, le silence gagne la vallée de l’Ellergrund. Les compresseurs ne tournent plus, et là où, plusieurs décennies durant, d’innombrables trains de minerai entraient et sortaient des galeries, la nature reprend lentement mais sûrement ses droits.

 

En 1970, les bâtiments de la mine sont vendus à un entrepreneur en construction.

 

En 1986, l’État achète des forêts au Ellergrund en vue de la création d’une réserve naturelle. Deux ans plus tard, l’État acquiert les terrains de la mine Katzenberg, y compris tous les bâtiments, avec pour objectif à moyen terme de rénover l’ensemble du site minier.

 

 

Création d’une entente

 

Le 8 mai 1991, un public venu nombreux se réunit salle Jängi OESTERREICHER pour l’assemblée constitutive de l’ « Initiativ fir d’Erhaalen vun de Cockerillsgebaier zu Esch-Uelzecht am Ellergronn » (« Initiative pour la préservation des bâtiments Cockerill à Esch/Alzette au Ellergronn »).

 

L’« Initiativ fir d’Erhaalen vun de Cockerillsgebaier » occupe symboliquement le site minier. Au cours des années suivantes, on procède à des travaux de déblaiement et à des travaux mineurs, comme l’étanchéification provisoire de la toiture de l’ancienne forge et des travaux de réparation des garde-corps, etc.

 

 

Changement de nom de l’initiative en « Entente Mine Cockerill »

 

En novembre 1995, l’« Initiativ fir d’Erhalen vun de Cockerillsgebaier zu Esch-Uelzecht » décide de prendre la dénomination d’ « Entente Mine Cockerill ».

Le dernier directeur de la mine Katzenberg, M. Frédéric GEORGES, devient président d’honneur de l’Entente Mine Cockerill.

Début 1996, le public est informé de la création de l’Entente Mine Cockerill, qui sera inscrite la même année, le 18 décembre, comme association sans but lucratif au journal officiel (Mémorial).

 

L’association a pour objet de faire découvrir aux générations futures le passé industriel du site minier et d’en garder la mémoire vivante.

C’est dans cet esprit que l’association Entente Mine Cockerill poursuit depuis 25 ans ses activités bénévoles sur l’ancien site minier. Le vestiaire (« Salle des Pendus »), l’aménagement d’un petit musée de la mine, la remise en état de l’ancienne forge, la mise au jour des deux entrées de la mine figurent parmi les réalisations rendues possibles grâce à l’initiative de l’Entente Mine COCKERILL.

 

 

VISITES GUIDÉES

 

Sur demande 

 

 

Centre d’Accueil Ellergronn & Réserve naturelle Ellergronn

 

Le Centre d’Accueil Ellergronn est situé just à côté du Musée de la Mine Cockerill au bord de la reserve naturelle Ellergronn qui fait partie de la zone Natura 2000 «Anciennes minières Ellergronn» qui appartient à un réseau européen de réserves destinées à sauvegarder des habitats de grande valeur ainsi que la diversité de leurs espèces.

 

Le centre d’accueil est également le point de départ de sentiers didactiques qui traversent les zones protégées avoisinantes dans lesquelles vous pouvez observer l’évolution de la forêt dans l’ancien bassin minier sans aucune intervention humaine : animaux et plantes rares, dont des orchidées, chauves-souris, amphibiens et reptiles, papillons et oiseaux.

 

Tout au long de l'année, le Centre d'Accueil Ellergronn propose des activités et des visites guidées qui permettent de découvrir les richesses naturelles de la région.

 

Brochure "Sentier Didactique Natura 2000" (FR)

Flyer "Le sentier didactique Natura 2000" (FR)

 

 

Sentier didactique “Natura 2000”

 

Le sentier didactique Natura 2000 est fractionné en trois boucles thématiques:

 

La boucle A (5 km)

traverse essentiellement des forêts marquées par l’action humaine et correspond donc au thème «L’Homme et la forêt».

 

La boucle B (4.5 km)

«L’exploitation des terrains ferrifères, jadis et aujourd’hui» est le sujet présenté tout au long de ce circuit.

 

La boucle C (2.5 km)

Illustre le principe de «La succession végétale naturelle sur un ancien territoire minier». La nature y recouvre progressivement les anciennes mines à ciel ouvert.

 

 

Comment s'y rendre? 

 

En voiture
Autoroute A4, sortie Esch-sur-Alzette Centre
(49°28'30.9"N 5°58'33.0"E)

 

En train
train 60 ou 60c direction Esch-sur-Alzette, sortir à l’arrêt "Esch-sur-Alzette"

 

En bus
A la gare Esch-sur-Alzette, Citybus "Orange Linn 12"

 

www.mobiliteit.lu